Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Sep

M pour Mabel - Helen Macdonald

Publié par Rion06

M pour Mabel - Helen Macdonald
Fleuve éditions - 400 pages - paru le 25/08/2016

Résumé

Enfant, Helen rêvait d’être fauconnier. Elle nourrit des années durant son rêve par la lecture.
Devenue adulte, elle va avoir l’occasion de le réaliser.
De manière brutale et inattendue, son père, journaliste qui a marqué profondément sa vision du monde, s’effondre un matin dans la rue.
Terrassée par le chagrin, passant par toutes les phases du deuil, le déni, la colère, la tristesse, Helen va entreprendre un long voyage physique et métaphysique. Elle va se procurer un rapace de huit semaines, le plus sauvage de son espèce, Mabel. Réputé impossible à apprivoiser. Elle va s’isoler du monde, de la ville, des hommes. Et emprunter un chemin étonnant.

Mon avis

Quand elle était petite, Helen voulait être fauconnier et, devenue adulte, elle a réussi à réaliser ce rêve. Après la disparition tragique de son père dont elle était très proche, elle décide de se lancer un challenge : dresser un autour, rapace très sauvage et peu apprécié dans le milieu fauconnier. En compagnie de Mabel, Helen va tenter de se reconstruire loin des hommes et du quotidien.

Intriguée par la couverture et par le résumé, j'ai décidé de me lancer dans cette lecture très originale qui m'a fait découvrir un monde que je ne connaissais absolument pas.

Ce livre nous raconte le parcours, le vécu et le ressenti d'Helen tout au long de son processus de deuil et de dressage de l'autour. Le récit est très largement entrecoupé par des chapitres sur un homme, T.H. White et son livre qui relate son expérience de dresseur d'autour. J'ai trouvé ces passages parfois un peu longs et j'aurais préféré suivre un peu plus Helen pendant ce temps là mais certains extraits servent à enrichir son récit et permet une comparaison entre l'expérience de ces deux dresseurs.

Certains passages sont un peu durs, principalement ceux décrivant la mise à mort des animaux par Mabel mais aussi par Helen. Autant lorsque le rapace tue, je me raisonne en me disant que c'est normal, que cela se passe comme ça dans la nature, autant lorsque c'est la jeune femme, j'ai plus de mal à accepter le geste.

La souffrance et le désespoir d'Helen sont pesants et font mal. Chacun gère un deuil à sa manière et celle choisie par l'auteure est originale, fascinante mais aussi violente. Le travail de reconstruction est long et elle va passer par diverses phases qui vont quasiment l'amener à un état animal, sauvage et solitaire, très comparable à celui de son autour, afin de se reconnecter avec elle-même et repartir de l'avant.

Ce livre est très bien écrit, le langage est précis et professionnel (l'auteure utilise de nombreux termes spécifiques à la fauconnerie). Même si j'ai trouvé certains passages difficiles et d'autres un peu longs, il m'a offert une parenthèse dans un monde qui m'est totalement inconnu et qui, même s'il ne m'a pas attiré, m'a fasciné. Aujourd'hui encore je ne trouve pas vraiment les mots précis pour définir ce que ce livre m'a fait ressentir mais je ne regrette absolument pas cette lecture.

Commenter cet article

À propos

Dans ce blog, je vous parle de mes principales lectures et vous dis ce que j'en ai pensé