Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 Jun

La maison du vagabond - Mariusz Wilk

Publié par Rion06  - Catégories :  #Littérature de voyage

La maison du vagabond - Mariusz Wilk
Les éditions Noir sur Blanc - 288 pages - Paru le 08/04/2016

Résumé

Mariusz Wilk s’est installé il y a quinze ans dans le nord de la Russie, pour y vivre loin de la civilisation. Mais de nombreux changements sont survenus dans la maison carélienne au bord du lac Onega… Depuis la naissance de sa fille Martusza, l’écrivain redécouvre la nature avec les yeux de l’enfance. Il s’interroge sur l’importance du lieu où l’individu grandit et fait ses premiers pas dans la vie.

À la fois récit de voyage immobile et journal littéraire, La Maison du vagabond évoque les lieux traversés, les grands espaces russes, et l’ancrage désormais nécessaire dans la maison de l’Onega, au cœur de la nature sauvage du Grand Nord.

Mariusz Wilk partage également ses vagabondages littéraires et dialogue avec de nombreux écrivains : Witold Gombrowicz, W. G. Sebald, Nicolas Bouvier… Entrelacée de citations littéraires et de trouvailles étymologiques, sa prose reste vivante et concrète, ce qui la rend tout à fait unique.

Dernier volume du « Journal du Nord », La Maison du vagabond interpelle l’homme occidental sur sa manière de vivre, et l’exhorte à observer le monde qui l’entoure avec un regard neuf.

Mon avis

Je remercie les éditions Noir sur Blanc et Babelio pour cet envoi dans le cadre de la Masse Critique de mai.

Dans ce journal, Mariusz Wilk évoque les auteurs qu'il aime (Gombrowicz, Bouvier...), ce qu'il retient de leurs récits mais aussi de la façon dont lui voit les choses mais aussi les peintres qui ont retenu son attention dans leur façon d'utiliser les couleurs pour donner vie à leur tableau ou encore certaines personnes qu'il a côtoyé et qui l'ont marqué.

Il s'interroge sur différentes notions et notamment celle du temps et de sa perception en fonction de l'âge ; de la mort ; des saisons ; des couleurs... Pour chacune de ses réflexions, l'auteur s'appuie sur des ouvrages, des auteurs en citant des passages précis et en développant avec sa propre pensée proposant ainsi des chapitres riches et très intéressants qui poussent le lecteur à s'interroger, lui aussi, sur le monde qui l'entoure.

J'ai beaucoup aimé la plume de Mariusz Wilk avec sa façon d'écrire très fluide, poétique, je me suis laissée transporter au fil des pages dans les souvenirs et vagabondages de l'auteur. Le vocabulaire employé est très précis, à de nombreuses reprises l'auteur s'interroge sur l'emploi des mots afin de retranscrire au mieux ce qu'il souhaite dire au lecteur et à sa fille. L'emploi de certains mots en langue russe donne encore plus d'authenticité au récit.

On sent son émerveillement pour la nature, les couleurs, les paysages mais aussi une certaine frustration due à la difficulté de trouver les bons mots pour décrire ce qui l'entoure. Il souhaite laisser une trace, des souvenirs à Martusza, sa fille. Certains passages où il s'adresse directement à cette dernière sont très touchants et l'on ressent parfaitement tout l'amour qu'il lui porte.

Parmi les nombreux auteurs cités dans ce livre, Mariusz Wilk m'a donné envie de découvrir les textes de Bouvier qui me semblent vraiment passionnants. Je note ça pour mes prochaines lectures.

Mon seul petit regret : j'aurais aimé trouver, au début du livre, une carte de la zone où vit l'auteur car je ne savais pas trop où se situait précisément l'Onega, heureusement, avec internet j'ai vite eu la réponse !

Ce livre est reposant, passionnant, dépaysant et m'a fait voyager dans cette région de l'Onega qui doit être magnifique. C'est une très belle lecture qui invite le lecteur à s'évader et à explorer différemment le "Nord" comme l'appelle Mariusz Wilk.

Commenter cet article

À propos

Dans ce blog, je vous parle de mes principales lectures et vous dis ce que j'en ai pensé